Accueil / FAQ

Retour à l'accueil

FAQ

- Quels sont les objectifs du projet ?
- Pourquoi avoir choisi un tramway et pas un autre mode de transport ?
- Combien de personnes prendront le tramway et combien de personnes abandonneront leur voiture pour prendre ce nouveau mode de transport ?
- Quel sera le trajet du T1 à l’ouest ?
- Si le Grand Paris Express passe à Colombes, le tramway est-il nécessaire ?
- Quand le tramway sera t-il mis en service ?
- Quels sont les avantages et les contraintes du tramway sur le trafic automobile de proximité ?
- Quels seront les impacts sur la circulation pendant les travaux ?
- Quels sont les impacts sur le stationnement ?
- Qu’est-il prévu pour préserver l’activité commerciale pendant les travaux ?
- Quelles sont les mesures prévues pour assurer la sécurité des voyageurs ?
- Combien coûte le projet ? Qui le finance ?
- Les logements et les activités seront-ils impactés par les aménagements de la voirie ?
- Comment s’informer sur les impacts fonciers du projet ?
- Comment se feront les accès aux entrées et aux parkings privés des résidences le long du tracé ?

Quels sont les objectifs du projet ?
Le prolongement du T1 en direction de Colombes vise à compléter le tracé du tramway en rocade au nord-ouest de l’agglomération parisienne. Il s’agit de : renforcer le maillage de transport en commun, améliorer les conditions de déplacements des usagers, augmenter la part des transports en commun dans les déplacements en offrant une alternative à la voiture.

Pourquoi avoir choisi un tramway et pas un autre mode de transport ?
Les études sur le nombre d’usagers futurs de la ligne ont démontré que le tramway (plus capacitaire que le bus) est le mode de transport qui mieux s’adapte aux besoins de déplacement dans le territoire.
Le tramway est un mode de transport en site propre, c’est-à-dire qu’il circule sur une voie qui lui est réservée, ce qui présente de nombreux avantages : la régularité (voie dédiée, priorité aux carrefours), la fréquence (un tramway toutes les 4 minutes aux heures de pointe), le confort et l’accessibilité (véhicules climatisés et confortables, stations abritées et accessibles de plain-pied, itinéraires piétons et cyclistes, etc.).

Combien de personnes prendront le tramway et combien de personnes abandonneront leur voiture pour prendre ce nouveau mode de transport ?
Le tramway étant un mode de transport rapide, régulier et accessible à tous, il offrira une véritable alternative à la voiture. Les prévisions révèlent que plus de 60 000 personnes emprunteraient le tramway chaque jour. L’analyse de trafic du projet révèle que 6 % des voyages seraient réalisés par des anciens utilisateurs de la voiture particulière attirés par l’évolution des nouvelles dessertes et du niveau d’offre : cela représente environ 4 000 voitures en moins chaque jour.

Quel sera le trajet du T1 à l’ouest ?
Deux variantes de tracé (centre et nord de Colombes) ont été présentées au public lors de la concertation préalable en 2011. Tenant compte de tous les avis exprimés, le STIF a retenu la variante nord pour la suite des études : vecteur de développement de ces quartiers moins bien desservis que le centre ville, elle présente en outre moins de contraintes d’insertion et de sécurité que le tracé centre.
Le tramway reliera donc le terminus actuel « Les Courtilles » à la station « Gabriel Péri » à Colombes. Il permettra aux voyageurs de se déplacer aisément entre les villes de Colombes, Bois-Colombes et Asnières, et du même coup entre toutes les villes desservies par les lignes actuelles de tramway T1 et T2.

Si le Grand Paris Express passe à Colombes, le tramway est-il nécessaire ?
Chaque mode de transport répond à un besoin spécifique. Le Grand Paris Express est un réseau de métro automatique en rocade qui a vocation à relier rapidement les différents bassins d’emploi et d’habitants entre eux. Il doit permettre de se connecter aux autres lignes en direction de Paris mais aussi d’éviter de passer par Paris pour aller d’une commune de proche couronne à une autre. Ses stations sont distantes de 1,5 à 2 kilomètres. Le tramway a aussi ici une vocation de liaison de rocade, mais de manière plus fine que le métro. Il dessert les quartiers tous les 400 à 500 mètres. Le Grand Paris Express et le tramway dans les Hauts-de-Seine sont donc complémentaires. L’arrivée du Grand Paris Express et du T1 dans Colombes confirme l’attention portée à ce secteur.

Quand le tramway sera t-il mis en service ?
Compte tenu des contraintes de réalisation dans le tissu urbain de Colombes, le projet sera réalisé en deux phases afin de ne pas retarder le prolongement à Asnières. La première correspond au prolongement du T1 depuis « Les Courtilles », jusqu’au carrefour des Quatre Routes à Asnières (mise en service prévue fin 2018). La seconde phase amènera le T1 jusqu’à la rue Gabriel Péri à Colombes (mise en service prévue en 2023). C’est le temps qu’il faut pour élaborer un projet qui réponde à toutes les attentes et qui anticipe les éventuelles difficultés.

Quels sont les avantages et les contraintes du tramway sur le trafic automobile de proximité ?
Les avantages : les études menées montrent que, du fait de l’attractivité du mode tramway et de sa performance, 6 % des nouveaux voyageurs du T1 abandonneraient leur voiture, ce qui représenterait environ 4000 véhicules en moins sur les routes chaque jour. Les aménagements conçus permettront d’éviter le stationnement sauvage et, donc, entraineront une meilleure circulation automobile.
Les inconvénients : l’insertion du tramway implique parfois la réduction du nombre des voies pour la circulation automobile. Des études de trafic ont démontré que les voies de circulation permettront d’écouler le trafic automobile attendu 10 ans après la mise en service (2035).

Quels seront les impacts sur la circulation pendant les travaux ?
Des itinéraires de substitution vont être étudiés avec les services des communes. Les travaux sont pensés de manière à maintenir l’écoulement du trafic à tout moment du chantier, c’est la raison pour laquelle ils prennent du temps.

Quels sont les impacts sur le stationnement ?
Une première identification des places de stationnement impactées par le projet a été réalisée. Le nombre de places sera réduit le long du tracé, mais des mesures pourront être prises par les communes pour fluidifier le stationnement. Les automobilistes pourront se reporter vers les rues adjacentes et, pour le stationnement de longue durée, vers les parkings privés. A noter que des stationnements pour les vélos seront installés à proximité des stations.
Dans un second temps, le stationnement fera l’objet d’analyses pour rechercher de nouvelles zones de stationnement, dans le but de restituer de nouvelles places aux automobilistes.

Qu’est-il prévu pour préserver l’activité commerciale pendant les travaux ?
Pendant les travaux, les bus et voitures continuent à circuler, les accès aux parkings et entrées des commerces et entreprises sont maintenues et des poches de stationnement sont recherchées. Pour les commerçants en difficultés, une commission d’indemnisation à l’amiable est prévue pour attribuer des compensations (durée d’indemnisation : 4 à 6 mois après présentation du dossier complet).

Quelles sont les mesures prévues pour assurer la sécurité des voyageurs ?
Du point de vue de la sécurité, les rames seront équipées en géolocalisation, notamment pour permettre une éventuelle intervention de la sureté, et surtout en vidéo protection embarquée. De plus, de la vidéo protection en station pourra être mise en place.

Combien coûte le projet ? Qui le finance ?
Les investissements liés au projet s’élèvent à 225 millions d’euros pour les infrastructures et 42 millions d’euros pour l’achat des rames. Le Département des Hauts-de-Seine et la région Île-de-France sont les principaux financeurs, l’Etat – Préfecture de Région soutient le projet, et le STIF finance l’achat des rames.

Les logements et les activités seront-ils impactés par les aménagements de la voirie ?
Les partenaires du projet examinent avec attention, la position des voies de circulation, des stations du tramway, des itinéraires cyclables et des trottoirs de manière à rechercher la meilleure solution de façon à limiter au maximum les impacts sur la vie quotidienne des riverains. Cependant, compte tenu du contexte urbain particulièrement dense, certains terrains et bâtiments seront inévitablement impactés.

Comment s’informer sur les impacts fonciers du projet ?
A ce stade des études, un travail précis est mené concernant les parcelles qu’il semble nécessaire d’acquérir. Le Département des Hauts-de-Seine et le STIF privilégient depuis la concertation préalable et dans le cadre du dialogue actuel continu, l’information des riverains impactés le plus en amont possible. Une procédure d’enquête parcellaire a été lancée conjointement à l’enquête publique. Tous les propriétaires concernés ont été informés et contactés. Ils peuvent toujours contacter le Département pour obtenir des réponses à leurs questions.

Comment se feront les accès aux entrées et aux parkings privés des résidences le long du tracé ?
Les accès aux parcelles et garages seront conservés pendant toute la durée des travaux, sauf intervention ponctuelle. Lors d’une intervention, des aménagements provisoires seront installés devant la parcelle concernée (barrière, planche au sol, balisage, etc.) pour permettre d’y accéder en toute sécurité. Les accès aux entrées et aux parkings privés des résidences seront intégralement rétablis une fois le projet achevé.

Carte du tracé